Atomstack Cambrian pro, l’imprimante 3D à deux têtes (1.75 et 2.85mm)

Non ce n’est pas une bête tout droit sortie de la mythologie grecque mais bel et bien une imprimante avec un bloc complet interchangeable pour pouvoir imprimer du filament 1.75mm et aussi 2.85mm.

La Cambrian Pro arrive livrée avec deux modules complets direct drive dont un dédié de base à l’impression du TPR (filament de type caoutchouc avec une dureté 50-70A et élasticité >50% ). Je n’ai pas vu de contrainte au niveau de la tête concernant une utilisation d’un autre matériau en 2.85, cela peut du coup intéresser certains utilisateurs qui ont des stocks de filaments en 2.85mm.

Caractéristiques techniques

  • Taille d’impression : 235x235x250mm
  • Dimensions de l’imprimante : 462x452x635mm
  • Poids net : 9.5kgs (14kgs brut)
  • Plateau chauffant ≤ 100°c
  • Buse ≤ 260°c
  • Deux têtes d’impression livrées : 1.75mm et 2.85mm
  • Double moteur en Z
  • Plateau type ultrabase chauffant 24v
  • Électronique embarquée dans la base de l’imprimante
  • Carte mère MKS Robin 32bits
  • Drivers silencieux TMC2225
  • Impression via la Carte µSD
  • Reprise d’impression en cas de coupure
  • Led pour éclairer l’impression
  • Tendeurs de courroie
  • Extrudeur direct Drive
  • Écran couleur tactile de 4.3 pouces
  • Matériaux compatibles : TPR/PLA/ABS/PETG/TPE/PA etc.
  • Temps de chauffe pour la buse à 210°c : environ 2 minutes
  • Temps de chauffe pour le plateau à 60°c : environ 2min et 30sec

Présentation

Voici la vidéo de présentation de la Cambrian Pro

Déballage

Bien emballée et à l’épreuve du transport, on retrouve notre imprimante livrée en deux parties à assembler.

Elle est livrée avec deux bobines de filaments, une TPR pour la tête en 2.85mm et une de PLA pour celle en 1.75mm. Il y a aussi la poignée de transport, le support de bobine sur roulement à billes et des pièces de rechange ainsi que les outils habituels.

L’assemblage

Le guide est plutôt bien fait et les vis sont dans des petits sachets avec le numéro de chaque étape. Il y a des petites piges pour bloquer l’axe Z, il faudra les retirer avant de commencer le montage.

La première étape est de fixer l’axe Z sur la base. Pour cela rien de plus simple car il s’agit de 4 vis à serrer par le dessous de l’imprimante.

Puis c’est au tour de l’écran

Ensuite on peut raccorder les différents câbles et poser la poignée et le support de bobine.

Petit Zoom sur la tête d’impression (les deux sont identiques au niveau de la conception).

On remarquera que le trou de l’extrudeur n’est pas idéalement placé car le filament passe très prêt de la cage métallique (exemple avec la tête 2.85).

La Atomstack Cambrian Pro est montée et prête à faire ses premières impressions

Réglages du Slicer

L’imprimante est livrée avec une carte MicroSD comprenant les différents profils pour Cura.

Si comme moi la carte microSD a été oubliée vous pouvez tout retrouver directement en téléchargement sur le site du fabriquant : http://atomstack3d.com/3dprinterdownload

Ergonomie et prise en main

Au niveau ergonomie et aspect technique il y a plusieurs points dont je ne suis pas fan et je vais vous les partager :

  • Le branchements des nappes : en effet les connecteurs ne m’inspirent pas confiance, c’est une réflexion qu’on avait eu avec la Artillery Genius quand elle est sortie mais ici c’est bien pire.
  • Le firmware a de gros manques. En effet pour régler la température manuellement il faut faire glisser un curseur et l’écran n’est pas du tout adapté à cela. Il est impossible d’être précis. Il n’y a pas non plus la possibilité de régler le Z en cours d’impression pour rattraper le réglage du plateau. J’ai aussi aucune information sur l’avancée des impressions à part le pourcentage et aucun temps une fois l’impression finie, cela reste bloqué à 0h4m
  • Côté esthétique l’énorme avancée du rail Y n’est pas des plus joli alors qu’au final certains détails de fabrication sont bien faits comme les diverses pièces usinées.
  • L’écran est de bonne qualité et il y a directement une fente pour y insérer une carte MicroSD pour la mise à jour. Cela dit il n’y a pas (malheureusement) de mise à jour de firmware actuellement sur le site internet d’Atomstack.
  • Le plateau adhère très bien, la surface est très similaire à l’ultrabase.

Impressions

Je suis parti directement sur la tête 2.85 et avec les fichiers fournis afin de faire un premier test.

Il s’agit d’une balle de golf afin de montrer l’élasticité du TPR. L’impression est très correct et le résultat fonctionnel.

Le second test est un “coussin” ? enfin bref je ne sais pas trop mais ça me servira pour poser mes pieds dessus

On ne va pas se mentir, l’impression est certes fonctionnelle mais il y a du stringing partout et au niveau qualitatif on est loin d’un rendu propre.

Par contre c’est très confortable pour mes pieds quand je suis avachi sur mon canapé à regarder un film.

Passage de la tête 2.85 à celle 1.75

Je trouve les connecteurs vraiment fragiles au niveau des nappes. Je ne suis pas sûr qu’un changement fréquent ne finissent par avoir raison de celle-ci.

Pour le changement de la tête il suffit de débrancher la nappe puis retirer les 3 vis derrière le bloc.

Pas besoin de paramétrage supplémentaire, juste au niveau du slicer en indiquant qu’on est bien sur du filament 1.75mm avec une buse de 0.4.

J’ai utilisé le filament PLA rouge fourni avec l’imprimante pour ce modèle de Alsamen sur con sults3d : https://cults3d.com/fr/mod%C3%A8le-3d/art/spiderminion-homecoming-easy-print-no-support

Le modèle imprimé n’est pas terrible du tout. J’ai des bavures et des manques par endroit. Je décide de trancher un autre modèle et là c’est encore pire j’ai comme un bouchage ou un mauvais entrainement du filament.

Je décide donc de nettoyer ma buse qui pourtant me parait propre et en poussant le filament manuellement je ne vois pas de soucis. Lorsque je fais la manipulation depuis l’écran le filament a beaucoup de mal à sortir.

Je démonte la tête et regarde du côté de l’extrudeur. C’est là que je me rends compte que la petite roue d’entrainement n’est pas très droite et c’est sans doute ce qui pose problème.

Je retire la vis, recentre le tout et remonte la tête. Je relance la même impression et là tout est impeccable. Modèle du même créateur : https://cults3d.com/fr/mod%C3%A8le-3d/art/anger-easy-print-no-support

Autre test cette fois-ci avec une pièce plus classique

J’en profites pour tester un sapin qui lui du coup ne nécessite pas spécialement de la qualité. Fichier gratuit ici : https://www.thingiverse.com/thing:1216450

ça va se compliquer avec un petit range-fouillis sur le thème du seigneur des anneaux. En effet le ventilateur latéral couine comme si il usinait une pièce. J’ai laissé l’impression se poursuivre quand même car au point ou j’en étais avec cette tête capricieuse …

Fichier disponible ici : https://www.thingiverse.com/thing:4688655 imprimé avec le filament PLA Silk Cuivre de chez Giantarm. Température de 205, j’aurais pu pousser à 210 pour avoir un rendu encore plus brillant.

L’impression est plutôt propre même si par endroit j’ai un peu de défauts.

Après avoir discuté avec le vendeur des différents problèmes rencontrés avec la tête 1.75mm j’ai reçu une nouvelle tête complète. C’est un geste à prendre en compte quand on sait les difficultés qu’on a souvent avec certaines marques pour obtenir un capteur ou une pièce classique.

Conclusion

Cette imprimante est plutôt dédiée de base à l’impression de TPR en 2.85mm, cela limite fortement les besoins car il faut acheter auprès du fournisseur ce type de filament.

Cela dit il n’est pas exclu de pouvoir imprimer des pièces avec du filament type PLA en 2.85mm ce qui peut être intéressant pour ceux qui ont du stock à liquider.

Là où c’est intéressant c’est le fait de fournir une tête complète en 1.75mm pour s’en servir comme n’importe quelle imprimante 3D actuelle sur les filaments classiques.

Il y a cependant pas mal de points que j’ai listé au début de cet article concernant les petites choses que je trouve mal conçues et d’autres plutôt pas mal dont revoici la liste :

Les moins

  • Les connectiques au niveau des nappes
  • Les tendeurs de courroies déjà au maximum sur mon modèle
  • L’extrudeur mal placé au niveau de l’entrée du filament
  • Le firmware très (trop) limité

Les plus

  • La finition de l’imprimante au niveau de son châssis
  • Qualité de l’écran
  • Le plateau qui procure une bonne adhésion
  • La petite Led bien pratique pour voir l’impression en cours

Il ne manque pas grand chose à cette imprimante pour vraiment sortir du lot : un firmware un peu plus développé et quelques ajustements au niveau de certains points négatifs comme les connectiques des nappes.

Il s’agit de leur première imprimante 3D et pour une première on est plutôt pas mal. Si il y a un bon suivi du support je pense qu’on devrait avoir un produit de qualité. Un peu à la manière de la Genius qui a vu des améliorations intéressantes avec la version Pro et une meilleure gestion des connectiques avec des renforts pour éviter qu’elles ne bougent.

Achat de la Atomstack Cambrian Pro au meilleur prix

Chez notre partenaire Cafago : Atomstack Cambrian Pro à 269.99€ : https://bit.ly/3pTLJXv

Cet article n’est pas sponsorisé par la marque, il s’agit de mon ressenti et du résultat de mes tests avec la Atomstack Cambrian Pro. Comme tous les tests fait sur ce blog, il s’agit du reflet de la réalité c’est aussi pour ça que je mets les photos en pleine résolution pour que vous puissiez zoomer sur les détails.

Si vous avez aimé mon article, n’hésitez pas à commander via les liens affiliés disponibles sur cette page. C’est aussi grâce à vous que je peux rester indépendant sur les tests et ne pas privilégier une marque parce qu’elle m’a envoyé son modèle gratuitement.

Vous trouverez la Atomstack Cambrian Pro (ainsi que les autres) dans cet article dédié mis à jour régulièrement : Liste des imprimantes 3D en promotion et au meilleur prix, livraison gratuite Europe sans frais de douanes

Dites nous ce que vous en pensez
0J'aime0J'adore0Haha0Wow0Bof

0 Commentaire

Laisser un commentaire